Logo Spiria

Pourquoi l’accessibilité web est importante

2 août 2022.

L’importance de l’Internet pour communiquer, travailler ou se divertir n’est plus à démontrer. L’accès au cyberespace est dorénavant considéré comme un besoin essentiel et des efforts colossaux sont faits pour rendre la grande toile facilement accessible, nous permettant d’accomplir de plus en plus nos tâches quotidiennes.

L’omniprésent Internet

L’importance de l’Internet pour communiquer, travailler ou se divertir n’est plus à démontrer. L’accès au cyberespace est dorénavant considéré comme un besoin essentiel et des efforts colossaux sont faits pour rendre la grande toile facilement accessible, nous permettant d’accomplir de plus en plus nos tâches quotidiennes.

Cependant, la seule implantation d’infrastructures ne signifie pas que la communication soit accessible pour tous. De nombreux écueils jalonnent la route. Cela comprend autant les limites des appareils de consultation employés que la capacité de chacun d’entre nous à manipuler, regarder, comprendre les messages. Toutes les couches d’âge sont concernées.

Nous pensons bien sûr aussi à ceux et celles souffrant d’incapacité visuelle, motrice, cognitive, et qui sont plus ou moins outillés ou aptes à affronter les écrans, les boutons, les images ou les sons provenant d’appareils très variés.

Des statistiques qui font frémir

WebAIM (Web Accessibility In Mind) est une importante organisation sans but lucratif vouée à la promotion de l’accessibilité. Son rapport de 2022 est éloquent. Plus de 98 % des sites dans le monde ne passent pas le test !

La W3C Web Accessibility Initiative (WAI) a rédigé des exemples-type des problèmes rencontrés par des gens qui naviguent sur le web.

De plus, la compagnie CrownPeak relate que le commerce perd plus de mille milliards de dollars US à cause des nombreuses erreurs relatives à l’accessibilité.

S’assurer que sa présence sur le web puisse rejoindre le plus possible l’ensemble de la population n’est pas seulement une affaire de gouvernement ou d’institution publique. Les entreprises et les commerces ont intérêt à faciliter leur communication avec leurs clientèles comme le souligne Shopify :

“D’un point de vue strictement commercial, votre site doit être accessible, car faire fuir les visiteurs éprouvant des difficultés signifie une perte de conversions et de revenus pour les entreprises.”

La proportion de gens éprouvant des difficultés tourne autour de 20 % de la population en âge de “consommer”. Ce qui n’est pas rien !

Le site Tooltester a publié en février 2022 un classement des meilleurs (et des pires) sites relativement à l’accessibilité : “The world’s most accessible websites”. L’article donne de précieux exemples d’obstacles rencontrés par des personnes éprouvant des difficultés.

Les cinq grands principes d’accessibilité

La WAI a élaboré cinq grandes lignes directrices (fr) pour qualifier l’accessibilité d’un site web. Un site web se doit d’être :

  1. Perceptible. Usage des sens, notamment des différentes modalités de perception autour de la vision et l’ouïe.
  2. Utilisable. Usage du clavier, d’outils automatisés de navigation, éléments dynamiques espacés dans l’espace et dans le temps, etc.
  3. Compréhensible. Langage simple, prévisible, assistance mécanique.
  4. Robuste. Compatibilité avec la majorité des appareils et environnements.
  5. Conforme. Application de standards universels en matière d’accessibilité.

Ces principes ont été classés par niveaux de priorité et ont été regroupés sous trois catégories : A, AA et AAA.

Les critères pour atteindre le niveau A visent essentiellement à s’assurer qu’un site ne comporte pas de “culs de sac” de navigation (par exemple, naviguer avec un clavier autorise de revenir au début de la page si l’on arrive à sa fin), que l’information n’est pas comprise dans des images ou n’est transmise que par la couleur.

Le niveau AA s’assure qu’un site est convenablement accessible. Il y aura toujours des irritants pour certains, mais vous aurez tout de même atteint un important objectif d’accessibilité. D’ailleurs, les gouvernements exigent dorénavant ce seul niveau.

On le devine, un site qui respecte tous les critères se verra octroyer une cote AAA. Il est admis que d’atteindre ce stade est impraticable pour la plupart des sites et le respect de ce niveau est réservé aux grandes institutions publiques et aux entreprises ayant le budget et les ressources.

L’accessibilité coûte-t-elle cher?

Oui et non ! Le secret est dans la préparation. Il en coûtera peu pour implanter l’accessibilité sur un site web si :

  1. on planifie dès le départ son implémentation ;
  2. on engage des gens connaissant la norme AA ;
  3. on connaît sa clientèle ;
  4. on s’accorde idéalement un budget pour des tests utilisateurs.

Une stratégie de petits pas est à privilégier sur un site existant en commençant par instaurer les correctifs relatifs au niveau A. Par la suite, on pourra investir graduellement pour atteindre le niveau AA, notamment en ce qui a trait à la navigabilité des formulaires.

Reprenons les quatre critères pour construire un site web en respectant budget et standards d’accessibilité.

La vertu de la planification

Rien ne sert de coder rapidement, il faut partir à point, on le sait bien !

  1. Choisir un modèle de site déjà accessible. Beaucoup de sites préconçus pour des CMS tels Wordpress, Drupal ou Joomla sont déjà accessibles. Tant mieux, votre travail sera d’autant plus simplifié.
  2. Adopter une palette de couleurs répondant aux standards. Évitons certaines modes dans le design, notamment les “ton sur ton”. C’est rarement lisible. On peut faire beau tout en respectant les règles de la WAI. Exemple : la NIH.
  3. Rédiger simplement. Ce qui s’énonce succinctement se comprend facilement. La communication sur un site web devrait se situer entre le niveau de scolarité secondaire et collégial. L’outil Scolarius vous permettra d’atteindre ce but.
  4. Hiérarchiser correctement ses contenus textuels. En langage du web, soit le HTML, on parle de titres H1, H2, H3, etc. Il n’y a, par exemple, qu’un titre H1 par page. Les sous-titres H2 viennent toujours avant les H3 et ainsi de suite.

Engager des gens connaissant la norme AA

Les gens qui concevront et construiront votre site doivent évidemment connaître la norme AA ! Ils verront à intégrer tout de suite les codes et les bonnes pratiques et sauront vous avertir si certaines exigences de la norme ne sont pas respectées. Cela vous évitera bien des désagréments.

Connaître la clientèle visée

Bien que l’on vise la norme AA dans son ensemble, il est toujours utile de connaître le type de personnes qui visitent votre site. Si vous possédez déjà un site web, vous avez sans doute installé une témoin de fréquentation comme celui de Google Analytics. Si ce n’est pas là, commencez par là avant d’aller plus loin !

Par exemple, savoir qu’une grande majorité des gens visitant votre site sont d’un certain âge et utilisent l’ordinateur plutôt qu’un téléphone vous aidera dans la priorisation des éléments à respecter.

Tests utilisateurs

Les tests utilisateurs ne valent pas juste pour l’accessibilité. C’est une étape essentielle dans la construction ou la réfection d’un site vous permettant de prévenir les difficultés vécues par vos visiteurs. Ces tests ne sont pas un luxe quand on considère qu’ils peuvent sauver temps, argent et frustrations une fois le site mis en ligne !

En conclusion

Tout le monde est gagnant à respecter les standards de l’accessibilité. Le retour sur l’investissement a été démontré. De grands noms du commerce et du domaine financier l’ont d’ailleurs compris. Une fois adoptés, ces standards deviendront une seconde nature au sein de votre entreprise, ce qui vous permettra d’aller encore plus loin dans une démarche d’inclusion et de respect des utilisateurs.

Partager l’article :