Les Google Glass sont arrivées

Depuis une semaine, notre paire de Google Glass est l’objet de toutes les convoitises parmi les employés. Barricadé dans un bureau pour me protéger des 80 geeks affamés, j’ai écrit cette critique sur ce qui pourrait devenir l’objet de la prochaine tendance. Voici mon avis sur les fameuses Google Glass.   Premières impressions Les remarques du Troll:

Depuis une semaine, notre paire de Google Glass est l’objet de toutes les convoitises parmi les employés. Barricadé dans un bureau pour me protéger des 80 geeks affamés, j’ai écrit cette critique sur ce qui pourrait devenir l’objet de la prochaine tendance. Voici mon avis sur les fameuses Google Glass.  

Premières impressions

Les remarques du Troll:

« Hooooo, c’est nul l’écran n’est pas devant les yeux.»

«Avec mes lunettes, je n’arrive pas à voir l'écran correctement.»

Premier constat : les Google Glass ne sont pas pour tout le monde. Pas de problème pour un utilisateur sans problèmes de visions, il est facile d’apprécier l’écran de 640×360. En revanche l’utilisation des Google Glass pour une personne portant des lunettes reste un problème ergonomique qui rend les Google Glass beaucoup plus difficiles d’accès. Cela peut paraître anodin, mais rappelons que le Segway a été principalement un échec, car il ne pouvait franchir de marches, ce qui paraissait également anodin, mais rendait toutes applications concrètes beaucoup plus difficiles.

La  légèreté de l’appareil ainsi que son design donne la sensation de ne rien porter. Même après une utilisation prolongée, les 50 grammes des lunettes ne laissent aucune trace sur le nez. Le champ de vision n’est pratiquement pas affecté par le port des lunettes.

Les Google Glass ne sont pas faites pour faire de la réalité augmentée. Il s’agit plutôt d’un outil pour afficher de l’information contextuelle. Je ne compte pas le nombre de personnes qui sont venues avec cette idée en tête. Il n’est pas possible de regarder l’écran et le monde réel en même temps.

Les Google Glass et les interactions sociales, ou le problème du « Glasshole ».

Après avoir fait quelques essais, la perception de l’utilisateur des Google Glass par autrui semble encore problématique et la définition de ce qu’est un comportement acceptable semble encore floue. Le terme « Glasshole » a été inventé pour définir les utilisateurs faisant un usage, disons, abusif, de leur outil de prédilection. Marche à suivre pour ne pas devenir un Glasshole :

https://www.youtube.com/watch?v=FlfZ9FNC99k

La question du design 

Les fonctionnalités c’est bien, mais cela reste un objet à porter et donc que le design de celui-ci est important. Contrairement à un téléphone intelligent, l’appareil est exposé aux yeux de tous et non pas dans votre poche. Celui-ci nous paraît plutôt réussi.    

 

 

L’intégration avec les produits Apples : quoi répondre aux admirateurs d’Apple?

Les Google Glass vont-elles être compatibles avec les systèmes d’Apples : oui. L’appareil n’est pas indépendant pour autant. Il a besoin d’une application mobile nommée MyGlass disponible gratuitement. Cette application permet en autre d’installer des applications sur vos Google Glass, d’ajouter des contacts, de localiser vos Google Glass.

Applications possibles : identification de personnes et l’application Nametag

Une des utilisations (potentiellement abusives?) qui nous est venue en tête venait de la vente. Possiblement, les Google Glass pourraient être utilisés pour identifier les personnes avec qui quelqu’un parle, par exemple, dans une foire commerciale. Cela pourrait donc remplacer ou compléter le système traditionnel de lecture des cartes.

Plusieurs applications des Google Glass nécessiteraient de filmer des individus. Il semble exister autour de cela encore un flou juridique. Toutefois, une application permettant d’identifier les personnes du nom de NameTAG existe : http://www.nametag.ws/

Comme la légalité d’une application du genre semble incertaine, elle s’est vue retirée du Glassware Store pour éviter tout problème juridique. Il est encore possible d’installer l’application via ADB sans utiliser l’application MyGlass et le Glassware Store.

Pour avoir testée l’application, elle n’est ni performante ni utilisable réellement pour le moment nous parlons ici d’un bêta test plus qu’une véritable application.

Fonctions GPS

Comme me l’a fait remarquer à plusieurs reprises un collègue : « ça je peux le faire avec mon téléphone », les Google Glass ne sont pas bourrés de nouveaux senseurs révolutionnaires et encore moins de nouvelles fonctionnalités.

Pour être un utilisateur plus que régulier de Google Map sur mobile, je peux dire qu’utiliser les Glass pour trouver son chemin est une vraie valeur ajoutée. Si vous en doutez, essayé d’utiliser Google Map à vélo avec votre téléphone dans une main et le guidon dans l’autre tout en évitant les voitures (c’est une blague, n’essayez pas). Les Glass possèdent un compas très précis, l’application map est très bien réalisé et s’adapte parfaitement à l’appareil.

Tout comme le GPS / kite mains libres dans une voiture, l’utilisation sécuritaire de genre de périphérique reste à débattre.

Voici deux exemples de l'interface:

 

 

L’utilisation de la caméra est elle aussi une fonctionnalité phare. Il y a actuellement quatre façons de prendre une photo : par le menu, avec un bouton physique et grâce à la reconnaissance vocale et grâce au « Wink » (clin d’œil). En toute discrétion et avec les deux mains occupées, l’utilisateur a la possibilité de prendre une photo. Pratique quand on est en train de faire du sport ou si on est un utilisateur actif. En ce qui concerne la technique la détection de mouvement est rendue possible via un détecteur de mouvement bien placé. La qualité des photos (5-mégapixel)  ainsi que des vidéos (720p) est assez bonne pour un appareil mobile de cette taille, même si nous sommes très loin d’une GoPro.

Conclusion

Les Google Glass sont un produit très intéressant. Leurs utilités sont encore discutables et dépendront des utilisations uniques qui pourront être développées.   La réussite de ce produit n’est pas une question de notoriété puisque tout le monde a déjà entendu parler des Google Glass. Le problème semble plutôt être du côté des applications. Nous voyons quelques applications possibles très concrètes, telles que la reconnaissance faciale et l’utilisation du géopositionnement. Notre verdict n’est pas complètement noir ou blanc, c’est un produit techniquement très intéressant mais en manque d’applications concrètes.

Points forts :

  • Design
  • Ergonomie
  • Interface utilisateur via les vignettes très bien pensées.
  • Intégration Google Map

Points faibles :                                                                                                               

  • Difficulté pour les utilisateurs avec lunettes
  • Chauffe pendant la lecture/enregistrement de vidéo.
  • Faible résolution du capteur photo (5MP).
  • Encore peu d’applications concrètes. 

               

Découvrez nos histoires
à succès.

Un projet de développement logiciel?
Contactez-nous!  

Cette entrée a été publiée dans Développement mobile
par Jérémie Petitjean.
Partager l’article