Programmation : les tendances 2016

56 033 développeurs de 173 pays ont répondu au sondage annuel de Stack Overflow, la célèbre plateforme de questions-réponses dédiée à la programmation. Les résultats du questionnaire, répété depuis 2013, donnent une bonne photographie de l’évolution des intérêts des programmeurs et des tendances technologiques.

56 033 développeurs de 173 pays ont répondu au sondage annuel de Stack Overflow, la célèbre plateforme de questions-réponses dédiée à la programmation. Les résultats du questionnaire, répété depuis 2013, donnent une bonne photographie de l’évolution des intérêts des programmeurs et des tendances technologiques.

Popularité des technologies

Most Popular Technologies, 2016

La question sur l’usage des technologies par les programmeurs révèle sans surprise que JavaScript est le langage de programmation le plus utilisé (par 55 % des développeurs). PHP connaît une baisse de forme, passant en quatre ans de 35 % à 26 %, tandis qu’émergent Node et Angular, les deux géants du monde des frameworks JavaScript.

Pour les développeurs Front-End, l’utilisation du trio “AngularJS, JavaScript et Node.js” supplante celle du classique “JavaScript, PHP, SQL”. Côté Back-End, si le vieux trio “JavaScript, PHP, SQL” domine toujours, les trios “Java, JavaScript, SQL” et “C#, JavaScript, SQL” ne sont pas loin.

Les développeurs qui se définissent comme Full-Stack sont plus conservateurs et semblent peu touchés par le phénomène des frameworks JavaScript. Ils plébiscitent les trios “JavaScript, PHP, SQL” et “C#, JavaScript, SQL ou SQL Server”. Comme si le développeur Full-Stack était en fait avant tout un développeur Back-End.

Une population se démarque et fait bande à part dans ses pratiques, c’est celle des spécialistes du traitement des données (Data Scientists). Leurs amours s’appellent Python et R — je vous mets le lien Wikipédia qui va bien, car il est possible que vous n’ayez jamais entendu parler de R, qui est une implémentation du tout aussi célèbre S —. Bien entendu, tous maîtrisent SQL par obligation et ne sont pas insensibles aux charmes de Java.

Cote d’amour

Most Loved Programming Languages, 2016

Si l’on demande aux développeurs, pour chaque langage ou technologie qu’ils utilisent, s’ils ont le désir de continuer à travailler avec, on obtient des résultats parfois plus inattendus. Ce classement exprime l’attachement à une technologie : pour obtenir un haut score, la technologie doit avoir la capacité à remplir une mission de façon efficace comme plaisante. Le palmarès des technologies appréciées de leurs utilisateurs voit Rust, le langage né avec la bienveillance de Mozilla, prendre la plus haute marche du podium, avec un taux de satisfaction proche des 80 %. Suivent dans l’ordre : Swift, le nouveau langage en vogue d’Apple, F#, développé à l’origine par Microsoft Research, Scala, né à l’École polytechnique de Lausanne, et Go, créé par des programmeurs de Google. Clojure, Haskell, Python et C# obtiennent aussi de bons résultats, avec une satisfaction supérieure à 60 %.

En queue de peloton, parmi les technologies les moins aimées, on trouve Visual Basic (on a peine à croire que ce soit encore utilisé…), WordPress, Matlab, Sharepoint, CoffeeScript, Cordova, Salesforce, Perl, et — pourquoi tant de haine ? — LAMP.

Guerre des éditeurs

Development Environments, 2016

Notepad++ et Visual Studio sont en tête à égalité. Sublime Text, Vim, Eclipse et IntelliJ sont des outils aussi très utilisés.

Et pour réanimer une bien vieille guerre, si vous cherchiez encore la réponse à la fameuse question “Vi (IMproved) ou Emacs”, la réponse est clairement ci-dessus.

OS de travail

Desktop Operating System, 2016

Le Macintosh est la plateforme qui a le vent en poupe, passée de 18,5 % en 2013 à 26 % en 2016. Windows XP a disparu. Windows 7 s’apprête à prendre le même chemin (passé en 4 ans de 48 % à 22 %), tout comme Windows 8. Windows 10 fait une entrée fracassante avec déjà 21 % des postes. Linux reste stable depuis 2013, autour de 20 %.

Où sont les femmes ?

Developers Gender, 2016

Voilà qui peut navrer et qui ne va pas faire changer le stéréotype associé à la population des programmeurs… Est-ce que l’attrait pour le code est une affaire de testostérone ? Sans doute pas, la cause est essentiellement socioculturelle. La preuve, si besoin était, du poids de la culture dans cette énorme sous-représentation, se trouve dans le fait qu’il y a bien plus de femmes programmeuses dans les pays asiatiques (Corée du Sud, Inde, Chine). Près d’un tiers des développeurs de Bangalore sont des femmes. On note aussi que les femmes sont principalement cantonnées dans certains secteurs : le design, l’assurance qualité (QA) et le développement Front-End.

Star Wars contre Star Trek

Star Wars vs Star Trek, 2016

Après 50 ans, le développeur est majoritairement du groupe des Trekkies…

Si vous voulez découvrir d’autres résultats du sondage, concernant notamment les aspirations et les rémunérations des développeurs, rendez-vous sur le site de Stack Overflow.

[Infographies Michel Karam, Spiria.]

Découvrez nos histoires
à succès.

Un projet de développement logiciel?
Contactez-nous!  

Cette entrée a été publiée dans Culture geek
par Laurent Gloaguen.
Partager l'article