Spiria logo

Azure en Afrique

Sandton, Johannesburg.

Sandton, Johannesbourg. © iStock.

Deux centres de données Azure ont été mis en service en Afrique du Sud, l’un au Cap et l’autre à Johannesbourg. Ce qui fait de Microsoft le premier important fournisseur de services infonuagiques à s’implanter sur le continent africain. Malgré des retards (les centres devaient ouvrir l’année dernière), Microsoft a quand même battu Amazon au poteau ; un centre de données AWS doit ouvrir ses portes au Cap en 2020 seulement. En plus d’offrir les services d’Azure, Microsoft va utiliser les installations pour héberger Office 365 à partir du troisième trimestre de l’année et Dynamics 365 à partir du quatrième trimestre. L’arrivée de centres de données réjouit aussi les joueurs sud-africains, fatigués de ne jamais trouver de serveurs de jeu à proximité permettant d’avoir un ping correct. Microsoft investit également dans la connectivité en Afrique, avec un réseau de fibre optique atteignant l’Égypte, le Kenya, le Nigeria, l’Afrique du Sud et bientôt l’Angola.

Ars Technica, “Microsoft is first major cloud provider to open African data centers.”

 

Cette entrée a été publiée dans Brèves technos
par Laurent Gloaguen.
Partager l'article