La contrainte, moteur de l’innovation

L’innovation ne consiste pas seulement à créer des produits qui révolutionnent le monde, mais se trouve dans toutes les créations qui vont, même de façon minime, au-delà de ce qui est commun. Cependant, l’innovation ne naît pas du néant, elle résulte généralement de conditions et d’un état d’esprit propices ainsi que de l’existence de contraintes.

Souvent, l’être humain se contente de reproduire l’existant, ce qui est plus simple et limite les risques et efforts. Or, c’est lorsqu’il y a des contraintes fortes, qui nous sortent de notre zone de confort, que nous allons nous diriger vers des solutions originales et innovantes.

Mais comment trouver ces contraintes qui vont pousser à l’innovation, et comment être sûr que ce sont celles qui vont mener à une innovation génératrice d’une réelle valeur ? C’est une question que nous devons nous poser. Par exemple, nous avons vu beaucoup de fabricants de téléphones, dans leur course à l’innovation, ajouter des fonctionnalités qui étaient innovantes d’un point de vue technique, mais qui ne résolvaient pas de réels problèmes, ou offraient une solution inadéquate pour l’utilisateur. En d’autres mots, la réelle innovation se doit de résoudre un problème. Si l’on cherche à innover et ensuite à trouver le problème que cette innovation peut résoudre, l’innovation aura toutes les chances d’être inutile ou inadaptée.

Un exemple d’une telle fonctionnalité est le « 3D Touch » d’Apple. D’un point de vue technologique, c’était une innovation, mais du point de vue expérience utilisateur, cela ne résolvait pas de problème important et la solution proposée était inadaptée. Ce système permet de distinguer différents niveaux de pression sur la surface tactile de l’écran, mais cette fonction n’était pas essentielle et beaucoup d’utilisateurs ne savaient même pas qu’elle existait. Apple a fini par retirer cette fonctionnalité de ses modèles d’entrée de gamme et devrait probablement la retirer de tous les modèles à sortir en 2019.

Le but de l’innovation est essentiellement de résoudre un problème. Le fait de vouloir le résoudre impose une contrainte, et cette contrainte génère de l’innovation. En d’autres termes : pour innover, identifiez en premier lieu le problème à résoudre. Ça peut être un problème majeur comme une petite chose agaçante du quotidien avec laquelle nous avons appris à vivre et que nous ne voyons plus.

L’innovation commencera lorsque nous mettrons des mots sur ce problème, le décrirons et le considérerons comme un bloquant pour lequel il faut trouver une solution. Ne plus pouvoir emprunter le chemin paraissant le plus simple, désormais bloqué par ce problème, impose une contrainte sur la solution à mettre en œuvre, et c’est cette contrainte qui va nous forcer à opter pour des cheminements que nous n’aurions pas envisagés en temps normal.

Cette partie d’identification et de verbalisation du problème, ainsi que la démarche pour trouver une solution sont les fondamentaux qui permettent l’innovation. Il est important qu’il y ait une compréhension de ce processus à tous les niveaux de responsabilité d’un projet afin de créer des conditions favorables à l’innovation. Il arrive parfois que la contrainte imposée à une équipe puisse paraître insurmontable, et il est important que les gestionnaires du projet soient prêts à gérer cette situation et à fournir les moyens, le support et les outils nécessaires à l’équipe pour avancer dans cette situation stressante, garder le moral et tendre vers l’excellence. Nous aborderons les différentes manières d’aider une équipe dans de telles conditions dans un futur article.

Un exemple d’innovation révolutionnaire, qui apparaît comme évidente aujourd’hui, mais qui ne l’était pas du tout à l’époque et qui a demandé un important travail, est l’interface utilisateur de l’iPhone. Lors de la création de l’iPhone, à l’époque des Pocket PC et autres téléphones pseudo intelligents, Steve Jobs ne voulait pas d’un stylet, car cela créait une mauvaise expérience utilisateur (et aussi parce qu’une personne de Microsoft qu’il détestait était en train de créer une tablette avec un stylet). Dans un monde où tous les systèmes portables utilisaient des stylets pour pouvoir interagir sur un petit écran avec le plus d’informations possible, le fait de verbaliser le problème et de considérer qu’il fallait pouvoir utiliser uniquement ses doigts n’était pas du tout évident et posait une contrainte très forte sur les ingénieurs qui devaient trouver une solution efficace à ce problème.

La difficulté majeure ici était qu’il n’existait pas de solution connue afin de substituer, tout en offrant une meilleure expérience utilisateur, un système utilisant des doigts très imprécis à celui qui a recours à un stylet précis pour interagir avec de nombreuses données sur un petit écran. Les ingénieurs d’Apple ont dû imaginer un nouveau mode d’interaction homme-machine complet et créer un nouveau système d’exploitation autour de ce nouveau paradigme. Il fallait trouver comment faire défiler des données, comment se rendre compte qu’on arrive à la fin d’un défilement, comment présenter les données de façon efficace et facilement accessible tout en en affichant moins dans l’écran, comment les applications devraient se comporter, etc. Aujourd’hui, cela semble évident, mais à l’époque, quand le problème a été énoncé et la contrainte exposée, cela devait paraître irréalisable.

Cela nous montre que l’innovation, c’est aussi du courage, de la persévérance, beaucoup de travail et l’intuition qui nous dit qu’il existe une solution efficace et qu’on va la trouver.

Cependant, parfois, la contrainte qui résulte de la verbalisation d’un problème est relativement faible : une fois le problème verbalisé et la contrainte exposée clairement, la solution apparaît presque évidente. Combien de fois avez-vous découvert un petit logiciel qui résout un problème avec lequel vous vivez depuis des années sans réellement vous en rendre compte ou sans faire l’effort de le résoudre, et vous vous dites : « Mais bien sûr ! Comment n’y ai-je pas pensé avant, c’était pourtant si simple et évident ». Cela n’en reste pas moins une innovation.

Il ne faut pas cependant se laisser abuser par l’apparente simplicité d’une innovation, car comme nous l’avons vu avec l’interface utilisateur de l’iPhone, très souvent les meilleures innovations qui ont demandé beaucoup de travail apparaissent simples ou évidentes parce que la solution est brillante et efficace ; pourtant, la solution finale a demandé beaucoup d’efforts, d’essais et d’erreurs.

L’innovation est un sujet sans fin. Dans de prochains articles, nous aborderons certains sujets plus en profondeur, tel que :

  • Les moyens de générer des contraintes propices à l’innovation dans divers secteurs d’activité,
  • La gestion du changement, des contraintes fortes dans une équipe,
  • Comment détecter l’innovation qui apporte une vraie valeur à un produit,
  • Etc.

Découvrez nos histoires
à succès.

Un projet de développement logiciel?
Contactez-nous!  

Cette entrée a été publiée dans Stratégie
par Mathieu Villegas.
Partager l’article