Passer au contenu principal
Spiria black logo

Récap techno de la semaine - № 152 - Robots Misty I et Kenshiro, exosquelette Prothesis, E-Skin, lunettes Vuzix Blade, etc.

Robot Misty One

Misty I.

Misty I. © Misty Robotics.

Conçu par Misty Robotics, une entreprise des créateurs de Sphero, Misty I est un adorable petit “robot personnel avancé, abordable et facilement programmable”, tout particulièrement destiné aux développeurs capables de le programmer via une API JavaScript. Bardé de capteurs divers, il est équipé de deux processeurs Snapdragon et d’un écran LCD pour afficher un visage. Haut de 37 cm, il se déplace sur des chenilles comme un tank, ce qui lui donne un petit air de famille avec WALL•E. Le Misty I sera proposé le mois prochain pour 1500 USD, mais seulement à des développeurs sélectionnés. Misty Robotics projette de poursuivre avec un Misty II plus raffiné plus tard dans l’année, ciblant un public plus large, mais toujours féru de programmation. À la question posée par IEEE Spectrum, “Comment allez-vous convaincre les développeurs d’acheter un robot et de passer leur temps à développer des applications pour lui ?”, Misty Robotics a une réponse simple : “Parce que c’est un robot”. Êtes-vous tenté ? Vous pouvez déposer votre candidature .

IEEE Spectrum, “CES 2018: Misty Robotics introduces Misty I, a mobile robot developer platform.”

Exosquelette motorisé

Prosthesis.

Prosthesis. © Furrion Robotics.

Au Consumer Electronics Show de Las Vegas, une compagnie appelée Furrion a présenté Prothesis, un monstrueux exosquelette motorisé à quatre pattes. Cet étrange appareil de locomotion mesure 4,5 mètres, pèse pas moins de 3620 kilos (attention de ne pas marcher sur les pieds de quelqu’un…) et peut atteindre une vitesse de 32 km/h. L’autonomie de la batterie serait de 1 heure. L’idée derrière est d’en construire d’autres exemplaires pour faire des courses, le Prothesis n’ayant d’autre vocation que de faire le spectacle et de donner une furieuse envie d’en essayer un. Il fonctionne en amplifiant les mouvements de l’utilisateur, son pilotage demande donc sans doute adresse et dextérité.

Roadshow, “Giant mech takes first steps toward its own racing league.”

Kodak se lance dans le bitcoin

KashMiner.

KashMiner. © Kodak.

Il arrive de lire des nouvelles et de se frotter les yeux, histoire de vérifier qu’on est bien réveillé et qu’on a bien vu ce qu’on a vu. Non seulement Kodak a lancé sa propre cryptomonnaie, le KODAKCoin, mais l’entreprise vous propose aussi de louer une machine baptisée KashMiner qui permet de fabriquer des bitcoins. Il vous faut débourser une somme 3400 USD pour disposer de l’appareil pendant 2 ans et il vous faudra reverser 50 % de la monnaie réalisée par la machine. Des observateurs avisés ont vite découvert qu’il s’agissait en fait d’un “miner” déjà existant, le Antminer S9, que vous pouvez acheter pour 2320 USD et avec lequel vous n’avez rien à reverser à personne. Encore un exemple du naufrage de la marque Kodak qui est offerte en licence à des entrepreneurs peu scrupuleux opérant dans des domaines fort éloignés de l’image et de la photographie.

The Verge, “Kodak KashMiner: a bitcoin miner that you rent for $3,400.”

Robots sportifs

Kenshirô.

Kenshirô. © Université de Tokyo.

Kenshiro et Kengoro sont des robots humanoïdes hauts de 170 cm et pesant environ 55 kilos développés par des chercheurs de l’Université de Tokyo. Leur conception est directement inspirée du squelette humain et de sa musculature, ce qui leur permet de mimer avec une étonnante souplesse tous vos exercices favoris à la salle de gym. Ces recherches pourraient entre autres déboucher sur des progrès en matière de membres artificiels et de mannequins de simulation d’impact. Nous vous avions déjà parlé ici de Kengoro qui est capable de “transpirer” pour évacuer la chaleur produite par ses 116 actuateurs, mais cette vidéo est nouvelle et on ne se lasse juste pas des robots.

Wired, “A freaky humanoid robot that sweats as it does push-ups.”

Lunettes intelligentes Vuzix Blade AR

Vuzix Blade.

Vuzix Blade. © Vuzix.

Une nouvelle paire de lunettes intelligentes avec réalitée augmentée, baptisée Blade, a été récemment dévoilée au Consumer Electronics Show de Las Vegas par le fournisseur d’écrans Vuzix. Contrairement aux versions précédentes développées par la société, l’écran et la batterie sont contenus dans les montures de lunettes. Vuzix a travaillé avec Amazon, et ces lunettes sont les premières à mettre en vedette Alexa. Elles peuvent servir de casque audio, se connecter à Internet via Wi-Fi ou être couplées via Bluetooth avec un téléphone Apple ou Android. La batterie dure de 2 à 12 heures, selon que vous l’utilisez juste pour des notifications ou pour des applications intensives. En matière de design, ces lunettes dépassent de loin les défuntes Google Glass — elles ressemblent plus à des lunettes standard. Une version pour développeur sera disponible dans les prochains mois, et une version pour le public devrait être disponible au deuxième trimestre de cette année. À l’heure actuelle, elles coûtent 1 000 USD, mais Vuzix veut ramener ce prix à 500 $ avec les générations futures.

Circuit Breaker, “Vuzix Blade AR glasses are the next-gen Google Glass we’ve all been waiting for.”

E-Skin

E-Skin.

E-Skin. © Xenoma.

La startup japonaise Xenoma a présenté au CES de Las Vegas un vêtement doté de 14 capteurs qui permet de transformer votre torse en contrôleur de jeu vidéo. Si le dispositif paraît encore limité, cela nous semble être clairement la voie d’avenir pour les jeux de réalité virtuelle. Même si le journaliste de Circuit Breaker trouve le look ridicule, on trouve le design plutôt cool. Nous allons tous bientôt ressembler à des personnages du film Tron…

Circuit Breaker, “This ‘E-Skin’ smart shirt turns your torso into a video game motion controller.”

Découvrez nos histoires
à succès.

Un projet de développement logiciel?
Contactez-nous!  

Cette entrée a été publiée dans Récap de la semaine
par Laurent Gloaguen.
Partager l’article