Passer au contenu principal
Spiria black logo

Récap de la semaine : JPEG par Google, tornades, Apple I, traceur connecté et PC Building Simulator

Nouvel encodeur JPEG par Google

Oeil de chat.

Original non compressé à gauche. Guetzli (à droite) comporte moins d’artefacts que libjpeg (au milieu), sans nécessiter une taille de fichier supérieure. © Google.

Google a développé et rendu disponible un nouvel algorithme JPEG qui réduit la taille du fichier d’environ 20 à 35 %, tout en maintenant la compatibilité avec les navigateurs existants, les applications de traitement d’image et la norme JPEG. Ce nouvel encodeur est appelé Guetzli, le terme suisse allemand pour biscuit (le projet a été dirigé par le bureau de Google Research à Zurich). Il utilise un nouveau modèle “psychovisuel” — appelé Butteraugli — pour déterminer quelles couleurs et quels détails garder et quels jeter. Guetzli utilise une grande quantité de mémoire (300 Mo de RAM par 1 mégapixel d’image en entrée) et, s’il crée des fichiers plus légers, il lui faut beaucoup plus de temps de calcul pour compresser les images que les méthodes actuellement disponibles (comme libjpeg). L’algorithme est conçu pour travailler sur des images de haute qualité (qui n’ont pas, par exemple, été déjà compressées avec d’autres encodeurs JPEG). Guetzli génère uniquement des JPEG séquentiels (non progressifs) en raison des vitesses de décompression plus rapides qu’ils offrent.

Ars Technica, “Google reduces JPEG file size by 35%.”

Google’s open source blog, “Announcing Guetzli: A New Open Source JPEG Encoder .”

 

Modélisation de tornades

Supercell model.

Supercell model. © Leigh Orf, University of Wisconsin.

Leigh Orf, un scientifique de l’Université de Wisconsin-Madison, s’efforce de démêler les mystères de la formation des tornades. Pour répondre à la question du pourquoi certains de ces orages supercellulaires produisent-ils des tornades dévastatrices, il s’est tourné vers la simulation sur un supercalculateur, en l’occurrence l’un des plus puissants du monde, le Blue Waters de l’Université de l’Illinois. Il a ainsi pu faire une modélisation d’une très puissante tornade qui a frappé l’Oklahoma le 24 mai 2011, dans un espace tridimensionnel d’environ 120 km de large, autant de long, et 20 km de hauteur, décomposé en 1,8 milliard de cubes. Dans chacun de ces morceaux de l’espace, l’ordinateur simule des facteurs comme la vitesse et la direction du vent, la température, la pression barométrique, l’humidité et les précipitations comme la neige, la grêle et la pluie. « Pour la première fois, nous avons pu étudier le fonctionnement interne d’une supercellule qui produit une tornade, et nous sommes en mesure de voir ce processus se produire » a expliqué le chercheur.

Popular Science, “Come watch a supercomputer simulation of a devastating tornado.”

NCSA’S Advanced Visualization Laboratory, “Making of Super Tornado.”

 

Apple I aux enchères

Apple I.

Apple I.

Apple I.

Apple I, 1976. © Auction Team Breker Köln.

L’un des huit Apple I encore fonctionnels aujourd’hui va être mis aux enchères le 20 mai prochain lors d’une vente organisée à Cologne en Allemagne. Le prix de vente de l’ordinateur, commercialisé en 1976 à 666,66 USD, est estimé entre 190 000 et 320 000 USD. Définitivement un bon placement… Cet exemplaire, portant le no 73, provient directement de l’ingénieur en informatique de Berkeley qui l’avait acheté en novembre 1976, et il est accompagné de toute sa documentation originale. Seulement environ 200 Apple I ont été fabriqués, et beaucoup ont été détruits après une offre de reprise pour l’achat d’un Apple II. Cette vente comporte d’autres pièces intéressantes pour l’amateur de technologies du passé, comme une machine boule à écrire Rasmus Malling-Hansen.

Ars Technica, “One of eight remaining functional Apple I computers goes up for auction in May.”

Apple I.

Apple I.

Apple I.

Apple I.

 

Joto, traceur connecté

Joto whiteboard.

Tableau Joto dans un café. © Those.

Joto, premier afficheur connecté qui dessine avec un stylo, est un amusant tableau blanc qui fait penser aux anciennes tables traçantes (plotters). La différence est la verticalité (il est conçu pour être accroché sur votre mur comme un tableau) et l’éphèmère du dessin (Joto peut se charger lui-même de l’effacer). Précommande sur Kickstarter à 200 USD. Livraison prévue en décembre 2017-janvier 2018. On en veut un !

The Verge, Circuit Breaker, “Joto is a robotic whiteboard that can draw your tweets and Slack messages in real life.”

Kickstarter, “Joto - the first connected display that draws with a pen.”

 

PC Building Simulator

PC Building Simulator.

PC Building Simulator. © Claudiu, Topiclist.

Vous en rêviez ! Claudiu, un programmeur roumain, l’a fait ! Voici PC Building Simulator, un programme qui vous permettra de construire virtuellement le PC de vos rêves sans débourser un sou. Vous débutez face à une tour vide, avec un budget prédéterminé, et vous n’avez plus qu’à piocher dans une bibliothèque de composants : carte mère, processeur, carte graphique, bloc d’alimentation, disques durs, ventilateurs, etc., et commencer à les organiser. Certes, nous avouerons que c’est un peu moins drôle que Goat Simulator, mais c’est pédagogique et cela pourra aider certains à se lancer dans l’assemblage de leur propre PC, ce qui est bien plus valorisant que d’en acheter un tout fait. Le jeu est disponible en version préalpha sur Itch.io pour Windows et Linux. Vous êtes invité à laisser quelques piastres pour encourager le programmeur.

PC Gamer, “PC Building Simulator is a game about building a PC.”

⇨ Claudiu, “PC Building Simulator.”

Découvrez nos histoires
à succès.

Un projet de développement logiciel?
Contactez-nous!  

Cette entrée a été publiée dans Récap de la semaine
par Laurent Gloaguen.
Partager l’article