Passer au contenu principal
Spiria black logo
dans « Récap de la semaine »,
 04 août 2017

Récap techno de la semaine - № 131 - Enfer chez Tesla, Hydrogen One, Windows 10 plus accessible, etc.

L’enfer chez Tesla

Elon Musk sur scène, Freemont, Californie.

Elon Musk sur scène, Freemont, Californie. © Tesla.

Lors d’une sorte de cérémonie qui s’est tenue vendredi dernier à l’usine Tesla de Freemont en Californie, Elon Musk a procédé à la remise des clés des premières autos Model 3 fabriquées à une trentaine d’heureux clients. À l’occasion, il a annoncé à une foule d’employés : “Franchement, nous allons vivre un enfer de production. Pour au moins 6 mois, peut-être plus.” Effectivement, le défi à relever par Tesla pour sa première production de masse est énorme. Seules 50 autos ont été pour l’instant fabriquées, dont 20 qui sont gardées pour divers tests et validations, et l’entreprise veut passer sa capacité de production de 100 unités en août à 20 000 en décembre, ce qui représente un sacré coup d’accélérateur. Malgré cela, les gens qui ont passé une commande ces jours-ci devront attendre jusqu’à fin 2018 pour être livrés. L’urgence d’accélérer la cadence de production pour la Model 3 est aussi préoccupante pour les travailleurs des usines. Ceux-ci s’inquiètent d’un risque accru d’accidents en raison de la pression grandissante à produire. Un comité d’ouvriers appelé A Fair Future at Tesla (“Un futur juste chez Tesla”) a envoyé une lettre ouverte au conseil d’administration de l’entreprise pour se plaindre du manque de transparence sur les questions de sécurité au travail. Des données de 2015 du Bureau of Labor Statistics indiquaient que le taux d’accidents de Tesla était plus élevé que ceux des abattoirs et scieries.

Recode, “Elon Musk is preparing to go through ‘production hell’ to deliver Tesla’s Model 3 on time.”

Recode, “Tesla posted a record quarterly loss as it ramps up production for its first mass market vehicle.”

 

Hydrogen One de RED

Hydrogen One.

Hydrogen One.

Hydrogen One.

Prototype Hydrogen One. © Marques Brownlee.

RED, le fabricant de caméras haut de gamme 4K et 8K, a surpris tout le monde lorsqu’il a annoncé qu’il allait sortir un téléphone Android “holographique”, baptisé Hydrogen One. Les principales caractéristiques alors annoncées étaient principalement un écran de 5,7 pouces capable de passer du 2D au 3D, le support de modules additionnels, un prix de 1 195 $ pour la version de base et une livraison prévue pour début 2018. On en sait aujourd’hui un peu plus grâce au youtubeur Marques Brownlee qui a eu la chance d’avoir entre ses mains plusieurs prototypes du téléphone. Premièrement, c’est un gros appareil, plus grand qu’un iPhone 7 Plus. Ensuite, les modules optionnels s’attachent via des aimants sur la façade arrière, ce qui est très semblable au système des Moto Mods de Lenovo. Marques a pu voir l’écran “holographique” en action, mais il n’a malheureusement pas eu l’autorisation de le filmer. On peut imaginer que le premier module sera une caméra vidéo aux capacités inédites sur un téléphone.

Circuit Breaker, “RED’s upcoming $1,200 smartphone is enormous.”

 

La bande magnétique n’est pas morte

Mark Lantz, IBM.

Le chercheur Mark Lantz tient un pouce carré de la nouvelle bande magnétique superdense. © IBM.

La bande magnétique n’est pas morte… tout du moins pour l’archivage de données… IBM et Sony se sont unis pour développer un nouveau système de bande magnétique capable de stocker 201 gigabits de données par pouce carré (6,45 cm2), permettant théoriquement de stocker 330 téraoctets sur une cassette de la taille de la main. Les plus grandes bandes commercialement disponibles ont aujourd’hui une capacité limitée à 15 To. Pour parvenir à ce résultat spectaculaire, Sony a développé un nouveau type de bande magnétique à très haute densité et IBM a travaillé sur de nouvelles têtes d’enregistrement/lecture à échelle nanométrique, ainsi que sur les algorithmes de traitement du signal.

Ars Technica, “IBM and Sony cram up to 330 terabytes into tiny tape cartridge.”

 

Ponts imprimés en 3D

Université Tongji à Shanghai.

Université Tongji à Shanghai.

Ponts imprimés en 3D. © Université Tongji à Shanghai.

L’École d’architecture et d’urbanisme de l’Université Tongji à Shanghai a dévoilé les premiers ponts pour piétons imprimés en 3D en Chine. Les deux ponts ont été réalisés en plastique et mesurent respectivement 4 mètres et 11 mètres. À vocation plutôt décorative, ils ont été installés dans un jardin près de l’entrée de l’école. Le pont le plus grand comporte des marches alors que l’autre est plat. La fabrication aura pris 360 heures d’impression et l’installation, une journée.

3ders.org, “Bridge over river Shanghai: Tongji University unveils China’s 1st 3D printed pedestrian bridges.”

同济大学建筑与城市规划学院新闻中心, “The first robotic printed bridge in the world by Tongji University.”

 

Windows 10 plus accessible

Les personnes atteintes de sclérose latérale amyotrophique, ou SLA, perdent progressivement la fonction motrice, les muscles des yeux étant les derniers qui peuvent se déplacer. Microsoft, en collaboration avec Tobii, rend Windows 10 plus accessible à tous en ajoutant une fonction de suivi du regard intégrée au système d’exploitation. Appelé Eye Control, le support de suivi de l’œil natif permettra aux utilisateurs de lancer des programmes, de faire défiler les documents, de saisir des textes et de communiquer avec ceux qui les entourent avec des programmes de synthèse vocale. Le programme est actuellement en phase bêta.

Mashable, “Microsoft adds built-in eye tracking function to Windows 10 to make it more accessibles.”

 

Partager l’article :