Spiria logo

Récap techno de la semaine - № 198 - Clavier Nemeio, Area-51m, Intel Ice Lake, Lovot, Smart Sofa

Clavier Nemeio

Nemeio keyboard.

Clavier 81 touches. © Nemeio.

Pour plus d’une personne, il peut être utile de disposer de plus d’un clavier, par exemple si vous devez écrire en deux langues différentes. Vous pouvez aussi vouloir personnaliser votre clavier pour l’adapter à votre usage. Une entreprise française a présenté au CES de Las Vegas une élégante solution : le clavier mécanique Nemeio dont chacune des 81 touches est équipée d’un afficheur à encre électronique, ce qui le rend complètement personnalisable. Vous pouvez passer à la volée d’un clavier qwerty à un clavier japonais ou arabe. Vous pouvez aussi associer une fonction de votre logiciel favori à n’importe quelle touche. Comme il est possible d’adapter la taille d’affichage sur les touches et de régler le contraste, ce clavier peut aussi être une aide bienvenue pour les gens qui ont une mauvaise vue.

Il s’agit d’un clavier sans fil Bluetooth, équipé de ports USB-A et C, et de boutons pour régler la luminosité et pour passer d’un mappage à un autre. Sa taille fait 304 x 179 x 11 mm pour un poids de 600 grammes. L’autonomie de la batterie n’a pas été communiquée, pas plus que le prix de cette merveille (probablement entre 300 et 500 USD). Si tout se passe bien, le produit devrait être disponible l’été prochain.

Circuit Breaker, “Nemeio’s E Ink keyboard lets you customize every key.”

 

Area-51m d’Alienware

Area-51m

Area-51m

Area-51m. © Dell.

L’Area-51m, dévoilé au CES de Las Vegas, tente de réaliser un rêve de joueur : un ordinateur portable orienté jeu qui autorise le changement de processeur (CPU), de carte graphique (GPU), de stockage (HDD) ou encore de mémoire (RAM). Bref, un portable qui offre toute la flexibilité et l’évolutivité d’un ordinateur de bureau. En outre, l’architecture interne a été spécialement conçue pour faciliter le démontage/montage des différentes parties. Cependant, l’autonomie ne serait pas excellente et le poids est respectable (presque 4 kg), ce qui n’en fait certainement pas l’ordinateur idéal à utiliser en voyage, en train ou en avion. L’Area-51m est fait pour rester à proximité d’une prise de courant. La filiale de Dell ne sait pas s’il existe un marché pour ce genre de machine ; il s’agit d’un coup d’essai pour voir s’il y a un public réceptif à ce style de proposition.

L’Area-51m est bien sûr entièrement configurable à la commande et si vous pouvez démarrer avec une solution à 2 550 USD (processeur Intel Core i7-8700, carte Nvidia RTX 2070, disque dur 1 To, 8 Go de mémoire DDR4 et un écran 1080p/60Hz), les prix peuvent monter très vite dans les 4000-5000 USD pour peu que vous soyez un peu exigeant côté performances. Disponible le 29 janvier.

The Verge, “The Alienware Area-51m is a full-fledged desktop disguised as a laptop.”

 

Plan de match d’Intel

Intel 9th Gen.

9th Gen. © Intel.

Avec la montée en puissance de sa production gravée en 10 nm — ce qui était attendu depuis longtemps —, Intel a enfin pu présenter au CES de Las Vegas des nouveautés un peu excitantes, à sortir courant 2019. L’annonce majeure est l’arrivée des puces Ice Lake basées sur la nouvelle microarchitecture Sunny Cove. Intel promet que des ordinateurs portables équipés de puces Ice Lake arriveront sur le marché dès cette année. Cette famille de processeurs est une étape importante pour Intel après des années de retards et de difficultés avec la gravure 10 nm. L’entreprise prévoyait à l’origine d’introduire en 2016 les processeurs 10nm, alors baptisés Cannon Lake.

Par ailleurs, Intel a lancé de nouveaux processeurs 9e génération pour le desktop, toujours gravés en 14 nm, incluant une puce Core i9 (8 cœurs, 16 threads) que l’entreprise appelle en toute modestie « le meilleur processeur au monde pour le jeu ». Ces nouveaux processeurs, qui se déclinent en 5 variantes, seront disponibles fin janvier. Intel a également présenté Lakefield, une nouvelle famille exploitant la technologie Foveros permettant d’empiler des composants pour créer des systèmes-sur-puce compacts et performants.

Ars Technica, “Intel sets out its plans for 2019: Ice Lake, Lakefield, and Project Athena.”

 

Lovot, le petit robot à aimer

Lovot.

Lovot. © Groove X, Inc.

Le seul objectif de Lovot, créé par Kaname Hayashi, un ancien développeur du robot humanoïde Pepper, est de se faire aimer. Et pour se faire aimer, le robot se fait adorable, ressemblant à un hybride entre un manchot en peluche et un bébé teletubby aux grands yeux hallucinés. Il ne parle même pas, juste des gazouillis mignons. Il ne sert à rien d’autre qu’à susciter l’affection. Vous ne pouvez pas passer une commande sur Amazon avec Alexa. Il n’a pas de fonction de télésurveillance de votre maison. « Ce robot ne fera aucune de vos tâches. En fait, il se pourrait même qu’il se mette juste en travers de votre chemin », a déclaré Hayashi à Bloomberg. « Tout dans ce robot est conçu pour créer de l’attachement. » Lovot peut être précommandé dès maintenant et la livraison est prévue pour la fin 2019. Le prix est de 349 000 JPY (3 220 USD, 4 270 CAD) avec des frais mensuels de 9 980 JPY (92 USD, 122 CAD). On dit que l’amour n’a pas de prix…

The Verge, “Lovot is the first robot I can see myself getting emotionally attached to.”

 

Le Smart Sofa de Miliboo

Smart Sofa.

Smart Sofa. © Miliboo.

Conçu par une entreprise française et présenté au dernier CES de Las Vegas, voici le canapé connecté que nous attendions tous. Il vibre, s’illumine, propose Alexa et recharge votre téléphone. Le Smart Sofa intègre plusieurs technologies, dont Bluetooth, WiFi et Android OS. Le système sensoriel et immersif est encastré sous le canapé et comprend un siège vibrant, un éclairage réglable avec lampes LED, deux haut-parleurs, un subwoofer et un amplificateur. Les assistants intelligents Google Home et Alexa d’Amazon sont intégrés dans l’accoudoir, qui contient également le chargeur sans fil Qi pour téléphone. Le prix du Smart Sofa démarre à 2 340 USD pour une causeuse, 3050 $ pour un trois places et 3 500 $ pour un quatre places.

Miliboo, “Discover the world’s first smart sofa.”

 

Cette entrée a été publiée dans Récap de la semaine
par Laurent Gloaguen.
Partager l'article