Passer au contenu principal
Spiria black logo
dans « Récap de la semaine »,
 06 novembre 2015

Récap de la semaine : des achats en ligne faits partout, des vêtements sci-fi, le retour d'OS/2, l'avenir des réseaux sociaux, et l'industrie du jeu vidéo à Montréal

decorative

Des achats électroniques… de partout

Un sondage mené récent mené par la firme statistique Critical Mix pour MasterCard auprès de ses clients nord-américains révèle… des habitudes d’achat en ligne un peu étranges. Interrogés en août dernier, les répondants devaient donner les endroits à partir des quels ils ont déjà acheté quelque chose sur l’un de leurs appareils électroniques. Moins surprenant : 37 % d’entre eux l’avaient fait dans leur lit, et 26 % au travail (oups!) Les choses se corsent un peu ensuite : pas moins de 24 % des clients avaient effectué des achats dans une salle de bain, et 4 % dans leur douche!?! 2 % parmi les moins respectueux au monde avaient également fait des transactions en direct de funérailles. http://bit.ly/1GN2Q45

 

decorative

Des vêtements dignes de la science-fiction

Un projet mené au MIT Media Lab pourrait bientôt mener à la création de vêtements qui se transforment quand celui qui le porte se met à suer… grâce à une bactérie. Il ne s’agit pas d’un scénario de film, mais bien d’une idée originale de la chercheuse Lining Yao, se servant du Bacillus subtilis natto. Couramment utilisée en gastronomie japonaise, cette bactérie prend jusqu’à 50 % d’expansion au contact de l’humidité ambiante. Yao et son équipe l’ont donc transformée en une biopellicule, puis l’ont appliquée sur des vêtements ajustés comportant une série de petites ouvertures. Lorsque la personne commencer à suer, la bactérie grossit, et fait plier les rabats pour les ouvrir de plus en plus. On obtient donc un vêtement de sport qui respire… littéralement. Aussi fascinant qu’étrange. http://bit.ly/1PSzOCX

 

decorative

OS/2 va renaître de ses cendres

La compagnie Arca Noae a obtenu une licence pour créer et vendre une nouvelle distribution complète d’OS/2, dont le développement a cessé... en 1996. Cette distribution, nommée Blue Lion, inclura également différents logiciels en bundle. La compagnie, qui prévoit lancer sa mise à jour vers la fin de 2016, affirme avoir investi beaucoup dans le projet, et lance même que la demande est assez substantielle pour avoir reçu l’appui d’IBM. Créé en 1985, le système d’exploitation a connu un certain succès dans les parcs technologiques d’entreprise, et est toujours utilisé sur certaines machines par des compagnies comme Johnson & Johnson et Pepsi, ainsi que par des organismes gouvernementaux. Blue Lion devrait permettre à ces dinosaures de se rapprocher de l’ère moderne, en rendant par exemple possible l’installation à partir de ports USB, et en leur donnant la capacité de se connecter à l’Internet pour télécharger les mises à jour. http://tek.io/1KW9YGn

 

L’avenir des réseaux sociaux ?

Terminé Facebook et Instagram, où se retrouvent tellement de narcissiques en manque de likes, selon certaines sources outre-Atlantique. Pour les remplacer, une poignée de nouveaux et véritables « réseaux sociaux » se profilent maintenant en Europe francophone... D’abord Peuplade, offert pour les grandes villes Françaises, qui veut mettre en contact des gens dans une même proximité géographique, dans un but d’échange de biens ou de services ou même pour favoriser des vraies rencontres. Il y a également Soomville, un service de petites annonces géolocalisé, qui met en contact des gens avec un besoin et des gens avec une offre, que ce soit pour la garde d’un animal domestique ou le prêt d’un outil. Du côté de la Suisse, il y a Freesbee, dédié au partage entre particuliers. La tendance? Se servir du virtuel pour en sortir et rencontrer des gens *pour vrai*. http://bit.ly/1PZZhue

 

decorative

Montréal, à l'avant-plan du domaine des jeux vidéo

Le monde du jeu vidéo a bien changé depuis l’arrivée au Québec d’Ubisoft en 1997… et Montréal sait vraiment bien tirer son épingle du jeu. Martin Carrier, chef des studios de WB Games et président du conseil de l’Alliance numérique, croit que la population ne réalise pas à quel point l’industrie est profitable et bénéfique pour l’économie d’ici. « Il y a peu de secteurs où on est les premiers au monde. Dans le jeu, on peut affirmer être parmi les meilleurs et ça vaut son pesant d’or, » a t-il affirmé. Que ce soit les mégaproductions produites ici, les studios qui font faire leur production visuelle à Montréal, ou l’émergence de compagnies indépendantes à côté des majors, il s’agit d’un domaine très florissant, avec une croissance annuelle moyenne de 26 %. On parle d’environ 6 000 emplois, et même de revitalisation de certains secteurs de la ville grâce aux studios. http://bit.ly/1Mkq3uZ

Partager l’article :