Passer au contenu principal
Spiria black logo

Joomla, un CMS intermédiaire

Joomla est un CMS en PHP qui a déjà une longue histoire et qui est encore extrêmement populaire. C’est le deuxième plus utilisé après WordPress, mais son usage est en déclin aujourd’hui, non pas pour des raisons intrinsèques, mais principalement à cause du succès sans cesse grandissant de WordPress. Joomla est populaire dans le monde entier, à l’étrange exception de l’Amérique du Nord. C’est une solution à mi-chemin entre WordPress et Drupal : plus polyvalent que le premier et plus simple que le second.

Joomla est né en 2005 comme un fork (embranchement) de Mambo, CMS apparu en 2002 et aujourd’hui défunt. La création de ce fork a pour origine des dissensions au sein de l’équipe de Mambo Open Source, liées à un problème sur la propriété de la marque et à des contestations sur l’interprétation donnée à la formule open source. C’est ainsi que l’association à but non lucratif qui préside aux destinées de Joomla s’appelle Open Source Matters (« le code source ouvert est important »). Le nom du logiciel a pour origine un mot swahili (langue bantoue de l’Afrique de l’Est), jumla, qui signifie somme, réunion, ensemble. Sa version 1.0, sortie le 2 septembre 2005, était simplement un rhabillage à la nouvelle identité de la dernière version de Mambo.

Joomla backend

Joomla dispose de bonnes capacités pour bâtir des sites multilingues, d’une gestion de versions, ainsi que d’un système d’autorisations granulaires (ACLs) qui, allié à une fine gestion des utilisateurs, permet de satisfaire les besoins des groupes et entreprises qui n’ont pas besoin de workflows (fluxs opérationnels) très sophistiqués. L’authentification des utilisateurs peut se faire via de multiples protocoles, LDAP, OpenID, et même Gmail.

Le backend (interface d’administration) est propre, ordonné, mais parfois désarçonnant. Des choses pourtant simples demandent un apprentissage de la logique Joomla, et la navigation n’est pas toujours intuitive. Joomla est au premier abord moins convivial, user-friendly que WordPress. Du point de vue intégrateur/développeur, vous découvrirez vite que la structure est complexe et qu’il vous faudra apprendre beaucoup de choses avant de réussir quelque personnalisation que ce soit. On regrettera à cet égard que la documentation offerte par OSM ne soit pas toujours à la hauteur, étant souvent brouillonne. Pour les nouveaux venus, les pages de tutoriel pour débutant sont presque toutes « en travaux » et la date de dernière édition remonte à près de deux ans, ce qui ne fait pas très sérieux.

Comparé à WordPress, Joomla est un vrai CMS polyvalent, qui n’a jamais été corseté dans sa conception par la logique « blogue ». Vous pouvez créer facilement des arborescences élaborées, il n’y a pas de distinction entre un billet (post) et une page, vous pouvez contrôler par page ce qui doit ou ne doit pas apparaître (par exemple le nom de l’auteur ou la date de publication).

Joomla est certainement plus puissant que WordPress à bien des égards et permet de gérer plus finement bien des choses, mais la contrepartie est une complexité non négligeable, autant pour un rédacteur qu’un administrateur ou développeur. L’interface d’administration pourrait assurément bénéficier d’un plus gros travail de design d’expérience utilisateur, même s’il faut noter que le CMS a significativement progressé sur cet aspect ces derniers temps.

L’un des atouts de Joomla est sa riche communauté mondiale, généralement accueillante et chaleureuse. Son forum est des plus réactifs si vous avez besoin d’aide, et il y a des sous-forums dans un grand nombre de langues, les danois, suédois, thaïlandais et arabe figurant parmi les plus actifs. L’une des faiblesses semble être que le projet manque de vision et de dynamisme, ne semble pas avoir de direction précise.

Pour savoir si Joomla convient à vos besoins, OSM vous offre gratuitement une instance du programme hébergée pour une durée de 90 jours, ce qui évite de faire une installation et est largement suffisant pour se faire son opinion. Une option de 90 minutes est aussi disponible sans inscription d’aucune sorte.

En résumé, Joomla est un CMS honorable qui fait office de couteau suisse : il peut un peu tout faire, sans exceller particulièrement dans un domaine. C’est une solution de compromis. Il est une option à considérer si l’on est trop limité par WordPress et que l’on trouve qu’un Drupal serait surdimensionné.

Conclusion musicale

« Joomla ! la la - It's a Geek Thing!” (2010), rap par TurtleApps.

Découvrez nos histoires
à succès.

Un projet de développement logiciel?
Contactez-nous!  

Cette entrée a été publiée dans Développement web
par Laurent Gloaguen.
Partager l’article