Passer au contenu principal
Spiria black logo

Insecte cyborg

Cyborg Zophobas.

Zophobas cyborg. © Nanyang Technological University.

La robotique travaille fort à imiter le règne animal, notamment en matière de locomotion. Une voie moins explorée (sans doute en partie pour des questions d’éthique) de la robotique est l’organisme cybernétique, ou cyborg, qui est la fusion d’un être organique et de la machine. Les recherches sur le sujet sont encore rudimentaires et cependant très intéressantes, comme celles menées à Singapour sur un robot hybride insecte-machine. Il s’agit de poser une sorte de sac à dos électronique sur un petit coléoptère long de 2,5 cm et pesant seulement un demi-gramme. Ce “sac” s’interface avec les antennes du coléoptère, et lorsque les antennes sont stimulées par une impulsion électrique, il active le mécanisme d’évitement du coléoptère, l’induisant à penser qu’il se heurte à quelque chose, ce qui le fait changer de direction. Avec seulement deux piles boutons, le mini-cyborg peut être contrôlé pendant 8 heures, ce qui est suffisant pour parcourir plus d’un kilomètre à une vitesse moyenne de 4 cm/s.

Interrogé par Spectrum, le spécialiste Tat Thang Vo Doan décrit une application envisagée pour ce genre de cyborg : “Dans un scénario de catastrophe, nous pourrions relâcher sur le site des centaines d’insectes volants et rampants, le prix unitaire du cyborg étant négligeable une fois produit en masse. Les insectes peuvent se déplacer librement dans les structures effondrées […]. Une fois qu’un insecte détecte une victime, il envoie une alarme à l’équipe de sauvetage. Je sais que cela ressemble à de la science-fiction, mais nous travaillons vraiment à le réaliser.”

IEE Spectrum, “Controllable cyborg beetles for swarming search and rescue.”

 

Cette entrée a été publiée dans Brèves technos
par Laurent Gloaguen.
Partager l’article