Passer au contenu principal
Spiria black logo

Aibo revient !

Aibo ERS-1000.

Aibo ERS-1000.

ERS-1000. © Sony Corporation.

Les informations qui circulaient au sujet d’un retour du robot Aibo se sont avérées exactes. Onze ans après la cessation de la commercialisation d’Aibo, Sony a annoncé la prochaine sortie d’un nouveau chien robot. Baptisé “aibo” (sans lettre capitale), le modèle ERS-1000 se veut plus mignon, plus intelligent et plus interactif que ses prédécesseurs. D’un aspect plus rond, avec ses oreilles tombantes, sa truffe noire et ses pattes à coussinets, il est en effet plus proche d’un chien jouet que le modèle ERS-7 (2001-2006) au design plus abstrait et “futuriste”. De fait, il renoue avec l’esprit du modèle ERS-300 (sorti en 2001) qui avait été dessiné par l’illustrateur Katsura Moshino. Doté de nombreux capteurs, l’ERS-1000 peut analyser son environnement visuel et sonore. Il est doté de capacités de reconnaissance faciale et pratique la localisation et cartographie simultanée (SLAM). Grâce à l’intelligence artificielle, il peut analyser les demandes, interpréter les sourires, répondre aux caresses, faire des apprentissages et adapter son comportement. Ses deux yeux sont en fait des écrans OLED, ce qui lui permet d’avoir un regard animé particulièrement expressif. Actionné par un processeur 64 bits, le robot consomme 14 watts, a une autonomie d’environ 2 heures, pèse 2,2 kg et mesure 180 x 293 x 305 mm. Un abonnement obligatoire (30 CAD par mois) permet, entre autres, de sauvegarder les données et apprentissages dans le nuage. En cas d’accident irréparable, la personnalité acquise par votre robot peut ainsi être transmise à un nouveau Aibo (oui, tout cela ressemble un peu à un film de science-fiction…). Aibo sera disponible le 11 janvier 2018 (alors que ce sera l’année du chien pour l’astrologie sino-japonaise), seulement au Japon dans un premier temps et au prix hors-taxes de 198 000 JPY (2 200 CAD).

IEEE Spectrum, “Sony unleashes new Aibo robot dog.”

 

Cette entrée a été publiée dans Brèves technos
par Laurent Gloaguen.
Partager l’article